Prochaines portes ouvertes le 11/02 et 18/03 !
Image de couverture

Pegasus

Quand l’espionnage donne des ailes et fait naitre des éclairs

Publié par Gandalf le 24 October 2022

Pegasus, a fait couler beaucoup d’encre depuis plus d’une dizaine de jours. Cependant, le projet devrait être renommé Icare, car il semblerait qu’il se soit brulé les ailes. Conçu et commercialisé en 2013 par la société israélienne NSO, il a permis l’intrusion sur de nombreux smartphones, visant journalistes, humanistes et personnes politiques.

Depuis la mi-juillet 2021, une enquête baptisée « Projet Pegasus », menée par le collectif Forbidden Stories et appuyée par Amnesty International, ne cesse de faire parler d’elle. En effet, il a été démontré que ce programme malveillant, pour Android et IOs, a ciblé pas moins de onze pays, à des fins politiques.

Les chiffres donnent le tournis, 50 000 numéros de téléphone portable présélectionnés par des gouvernements, 600 personnalités politiques, dont plusieurs chefs d’État, 189 journalistes, 85 militants des droits de l’homme, 65 dirigeants d’entreprises … la liste n’est pas exhaustive et n’arrête pas de s’allonger. L’un des smartphones du président Emmanuel Macron a potentiellement été victime de ce piratage, par le Royaume du Maroc.

La société israélienne, devait obtenir l’accord de son état avant chaque vente et ne pouvait pas utiliser son logiciel envers des cibles situées aux États-Unis, Chine, Russie ou en Iran. Ce qui laisse penser à une peur de représailles ou d’ententes douteuses. De plus, la commercialisation des programmes offensifs doit recevoir l’accord de l’agence de contrôle des exportations militaires, ce qui interroge au plus haut niveau des unions et états.

Il faut cependant ne pas faire d’amalgame entre ce qui a pu se passer dans les pays bénéficiaires des services rendus par le groupe NSO. Effectivement, la surveillance de la population et le renseignement ont toujours alerté la population en France, cela inquiète les défenseurs des droits à la vie privée. Il convient néanmoins de noter que les analyses de télécommunication sont effectuées sous un contrôle très strict en France, avec notamment l’approbation préalable de hauts fonctionnaires des forces de l’ordre. Aux dernières nouvelles, la société NSO va être dissoute, mais risque de faire continuer de parler d’elle, ainsi que d’Israël pendant encore un long moment.

Article : Pegasus (logiciel espion) — Wikipédia (wikipedia.org)